top of page

Medvěd medvědu medvědem, Jiří Plachetka, illustrations de Václav Kabát, graphisme de Milan Kopřiva, éditions SVĚT SOVĚTŮ, 1967.

Václav Kabát est un artiste très respecté et reconnu en République tchèque. J'étais très étonnée lorsque je discutais avec des collectionneurs, des graphistes ou des illustrateurs, car son nom revenait sans cesse. J'avais croisé certains de ses ouvrages, mais quelque chose de trop classique me laissait totalement indifférente... J'ai répertorié jusqu'à présent 82 titres qu'il a illustrés, mais je pense qu'il en manque... Je cherchais donc le livre le plus singulier de cet artiste, jusqu'à ce que je découvre celui-ci !

Medvěd medvědu medvědem est un livre étonnant par son traitement et ses illustrations. Ce livre raconte les aventures de l'Académie des sciences des ours, composée de six personnes, dont l'objet de leurs recherches est les ours... L'histoire est totalement farfelue, mêlant recherche, enquête et données scientifiques fantaisistes. Václav Kabát se distingue par son dessin qui différencie ces deux catégories. D'un côté, les membres de l'académie sont dessinés au trait à l'encre, regorgeant de détails incongrus, et les personnages adoptent souvent des postures proches de la caricature. De l'autre, les ours sont illustrés avec de grands aplats de noir, où seules des ombres blanches délimitent certains aspects de leur morphologie, comme le museau, les pattes, les yeux... Le dessin les rend d'autant plus mystérieux. Parfois, ces deux mondes se rencontrent et donnent lieu à des pages exceptionnelles d'anthropomorphisme. Toutefois, les illustrations conservent un grand respect pour ces plantigrades. Václav Kabát insère délicieusement des éléments manuscrits pour faire parler les personnages par des phrases courtes qui contextualisent un moment ou par des onomatopées ! Il met en valeur des éléments que l'auteur lui-même n'a pas exprimés, mais qui suivent l'intrigue ou l'atmosphère. Tout cela apporte un dynamisme et de l'humour à ce dessin en noir et blanc.

Il me semble évident que le travail de ces deux compères, tous deux graphistes, a créé une émulation autour de cet ouvrage. Dans ce livre, Milan Kopřiva (1929-1997) déploie tout son talent. Il utilise l'espace de la page au maximum, avec un texte en deux colonnes comme dans la presse. Les éléments sont disposés de manière à délimiter des rimes plutôt que des sections, ce qui confère une rythmique visuelle très marquée. Il joue avec différentes typographies, variant leurs tailles, les faisant danser, surgir ou se fondre avec les onomatopées, toujours en harmonie avec le texte et la page. L'utilisation judicieuse des espaces blancs, avec le dessin et les typographies dépassant toutes les règles de mise en page, aboutit pourtant à un équilibre et une élégance rares. Les pages sont empreintes de burlesque, de grotesque et de joie. Il joue également avec les fonds noirs imprimés en blanc pour mettre l'accent sur un événement. Le choix économique de n'utiliser que le noir et le rouge parvient pourtant à rendre ce livre surprenant et joyeux !

Et pour couronner le tout, une petite cerise sur le gâteau : les numéros de pages composés de chiffres à additionner et à soustraire, un jeu amusant, par exemple, 34+24+24 (= 86) ou celle d'à côté 72+57-57 (= 87). Je trouve géniale l'idée de dire "j'en suis à la page 35+35+44", c'est le nombre total de pages de cet ouvrage ! Ils en font peut-être un peu trop, mais c'est pour mon plus grand bonheur !

En bref sur les auteurs :

Václav Kabát (né en 1932) étudie à l'École nationale de graphisme de Prague de 1947 à 1951, puis à l'Académie des beaux-arts de Prague de 1951 à 1958. Après ses études, il devient indépendant en tant que graphiste et illustrateur, travaillant principalement pour de nombreuses maisons d'édition, dont Mladá Fronta, SNDK (qui devient Albatros en 1968). De plus, il collabore avec de nombreuses revues. Il participe à de nombreuses expositions collectives dès le milieu des années 70, notamment à Leipzig, Bologne et Prague. En 1974, il reçoit une mention à la foire du livre jeunesse de Bologne pour le livre Thurberovy knihy Tŕinácteryhodiny. Il contribue à l'illustration et au graphisme de plus d'une centaine de livres, dont la moitié sont destinés aux enfants.


Jiří Plachetka (1927-2012), pour lequel j'ai trouvé très peu d'informations, écrit 9 livres pour enfants entre 1947 et 2003.

Milan Kopřiva (1929-1997) est graphiste et typographe. Il étudie à l'Université des Arts Appliqués de Prague de 1948 à 1953, où il poursuit ses études jusqu'en 1955. Après avoir terminé l'école, il travaille comme rédacteur artistique pour le journal Rudé právo. De 1963 à 1965, il est employé au ČTK (Česká tisková kancelář, Agence de presse nationale) en tant que rédacteur graphique pour le nouveau magazine 100+1 intérêt étranger. À partir de 1965, il devient freelance. Il collabore au graphisme de près de 700 livres et réalise des dizaines d'affiches, de catalogues et de tirages occasionnels. Il est le graphiste de la plupart des livres pour la jeunesse de la maison d'édition Mladá fronta. Il reçoit de nombreuses récompenses pour son travail et travaille en étroite collaboration avec de grands artistes tchèques et slovaques (Adolf Born, Jiří Šalamoun, Zdeněk Mézl, Václav Kabát, František Skála, et des photographes (Josef Koudelka, Miroslav Hucek … .) et d'autres personnalités de la culture tchécoslovaque.
































Comments


bottom of page